5 juin 2016

VENDREDI 10 JUIN 2016 - FORUM 104 (PARIS)


Cycle de projections de conférences de François Brousse (1913-1995)

VENDREDI 10 JUIN 2016 – 20H – AU FORUM 104 (PARIS)
Projection vidéo d’une conférence de François Brousse
RÊVE ET MÉTAPHYSIQUE
(Montpellier, 31 octobre 1987, 1h43)

Télécharger le programme PDF

Rêve et métaphysique, deux abstractions, deux réalités. Comment et jusqu’où le rêve peut-il traduire en images symboliques ce qui n’a plus de forme ?

Tarifs : 9 €
Étudiant, demandeur d’emploi, retraité : 5 €

Adresse
FORUM 104
104 rue de Vaugirard – 75006 PARIS
Contact : 06 81 68 85 79


28 mars 2016

MERCREDI 30 MARS 2016 - FORUM 104 (PARIS)


Cycle de projections de conférences de François Brousse (1913-1995)

MERCREDI 30 MARS 2016 – 20H – AU FORUM 104 (PARIS)
Projection vidéo d’une conférence de François Brousse
Les prophètes et les devins
(Perpignan, 5 février 1987, 1h35)

Télécharger le programme PDF

Les prophètes et les devins ont en commun l’intuition. Mais les devins s’occupent surtout du destin individuel tandis que les prophètes s’intéressent aux destins collectifs de l’humanité.

Tarifs : 9 €
Étudiant, demandeur d’emploi, retraité : 5 €

Adresse
FORUM 104
104 rue de Vaugirard – 75006 PARIS
Contact : 06 81 68 85 79


5 février 2016

COLLOQUE METAPHYSIQUE ART ET INITIATION - 34400 LUNEL


29e colloque d'hiver - samedi 20 et dimanche 21 février 2016

METAPHYSIQUE ART ET INITIATION
L’influence de François BROUSSE sur la pensée contemporaine

SONGE - Ecole d’analyse de rêves et de recherches psychologiques et spirituelles

Cette manifestation est un hommage à François BROUSSE, poète, philosophe et métaphysicien

6 Conférences - Exposition sculptures, poèmes
Lieu du Colloque : Salle Vauban
34400 Lunel

PROGRAMME :

Samedi 20/02/2016
10h00/11h15 : « Les Nombres Transcendantaux »
Jean-Michel CONDRE

11h45/13h00 : « Les fées chez François Brousse et Victor Hugo »
Daniel GONZALEZ

13h00/14h30 : Repas végétarien pouvant être pris sur place : tartes salées et sucrées, salades, etc.

14h30/15h45 : « Sur les pas de trois grands maîtres italiens »
Dan LANGUILLIER

15h45/17h00 : « Salomon »
Marie-Christine GINIBRE

17h30/18h00 : « Evolution et Révolution : du moi au Soi cosmique »
Jean-Denis GIL

Dimanche 21/02/2016

10h00/11h15 : « L’Evolution par les Rêves »
Bernard Mirande

11h45/12h45 : Table Ronde avec la participation des intervenants

12h45/15h00 : Repas végétarien

15h00/17h00 : « Conférence Les grands initiés »
François Brousse – vidéo projection

Participation au Colloque : 60€
Participation par conférence : 10€
Après-midi du dimanche : gratuit
Réductions : demandeurs d’emplois, RSA, étudiants…

Repas végétarien du dimanche 21/02/2016- Tarif : 23€ (environ)

Renseignements et inscriptions
Hélène et Bernard Mirande
33 rue Gérard Philippe -34400 Lunel
Tél. : 06 31 51 05 15 / 09 51 03 82 31

Expression Libre : 17h/18h
Poésie – conte – musique – Chant : Magali Rodier

Exposition : Marc Tarancon, Lionel Sery, Anne-marie Videt
Mireille Martine : mosaïques, chapeaux des australs
Poèmes affiches : Jean-Denis Gil - Bernard Mirande…

Stands : Livres de François BROUSSE et ouvrages des intervenants
Bouquinistes : art - ésotérisme – spiritualité – littérature – philosophie - psychologie…


15 janvier 2016

Cycle François Brousse - Projections vidéos de conférences - Oct. 2015 / Juin 2016



Télécharger le programme PDF

2016_2015_CYCLE_VIDEO_FB_1.jpg

2016_2015_CYCLE_VIDEO_FB_2.jpg

2016_2015_CYCLE_VIDEO_FB_3.jpg


15 janvier 2016

Le Chant cosmique de Merlin - Epopée poétique - Janvier / Février 2016



2016_01_Chant_cosmique_de_Merlin_Tract_BD_Recto.jpg

2016_01_Chant_cosmique_de_Merlin_Tract_BD_Verso.jpg


15 janvier 2016

SALON PARAPSY - 10 février / 15 février 2016



2016_PARAPSY_JPW_TRACT_BD.jpg

2 juin 2015

LE CLÉMENT


LE CLÉMENT

Il veut aller
Dans les palais
De chrysoprase

Loin des humains
Par les chemins
Que l’ombre embrase...

Il trouvera
L’immense aura
Des plénitudes

Au fond du ciel
Torrentiel
Où tout s’élude

Les Envoyés
Émerveillés
Chanteront l’être

Que l’ample accord
Des joyeux cors
Toujours pénètre.

Monde charmant
Au grand chaman
Tu te fiances

Reste seul Dieu
Dans l’âcre feu
De la clémence.

4 janvier 1994

François BROUSSE , Rencontre avec l’Être
Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1995, page 133


19 avril 2015

LETTRES


LETTRES

Une lettre hébraïque est pleine de mystère
Une lettre française est pleine d’infini.
Elles dominent les lions et les panthères
Une lettre hébraïque est pleine de mystère.

Le Verbe universel que nulle ombre n’altère
Illumine Paris aussi bien que Cythère
Il fait chanter tous les rayons et tous les nids
Car Dieu parle toutes les langues de la terre.
Une lettre hébraïque est pleine de mystère
La romance du gouffre est pleine d’infini.

1er décembre 1989

François BROUSSE, La Rosée des constellations,
Clamart, Éd. la Licorne Ailée, 1991, p. 177


2 avril 2015

ROSSIGNOL


ROSSIGNOL

Les fougueux réalistes
Sont pauvres en esprit,
Le moindre fabuliste
A beaucoup plus de prix !
Ô femmes hindouistes
Drapez votre sari.

Les sinistres massacres
Perdent le genre humain,
L’horreur qui les consacre
Hante les durs chemins ;
Byzance et Saint Jean d’Acre
N’ont plus de parchemin.

Les absurdes pontifes
Ignorent le Dieu Bon
Leurs cœurs portent la griffe
Des rouges vagabonds.

Dans le Generalife
Les astres font un bond.
Prête-moi, rossignol,
Ton fantastique envol.

8 août 1993

François BROUSSE , L’Homme aux semelles de tempête
Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1995, page 197

2 avril 2015

LE BONHEUR


LE BONHEUR

Une trinité de démons
A couvert la hauteur des monts
Hitler et Mao et Staline
Leur monstruosité féline
Ensanglante les minarets

Ils composent une forêt
Où le cauchemar sombre rôde
Sous l’oeil des vautours en maraude
Le passé colosse renaît
Dans ses fatales destinées...

La cloche de la fin des temps
Ressuscite les noirs titans
Pour échapper à leur étreinte
Il convient d’étrangler la crainte
Et de rouvrir l’immense bal

De l’inconcevable idéal.
Ainsi sur les tragiques Romes
Reviendra le parfait Plérôme
Et les peuples s’éveilleront
À l’appel des divins clairons

Sous les étoiles stupéfaites
Le bonheur couvrira les faîtes.

1er février 1994

François BROUSSE , Rencontre avec l’Être
Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1995, p. 201

26 mars 2015

ROSSIGNOL


ROSSIGNOL

Les fougueux réalistes
Sont pauvres en esprit,
Le moindre fabuliste
A beaucoup plus de prix !
Ô femmes hindouistes
Drapez votre sari.

Les sinistres massacres
Perdent le genre humain,
L’horreur qui les consacre
Hante les durs chemins ;
Byzance et Saint-Jean d’Acre
N’ont plus de parchemin.

Les absurdes pontifes
Ignorent le Dieu Bon
Leurs cœurs portent la griffe
Des rouges vagabonds.

Dans le Generalife
Les astres font un bond.
Prête-moi, rossignol,
Ton fantastique envol.

8 août 1993

BROUSSE François, L’Homme aux semelles de tempête
Clamart, Éd. La Licorne Ailée, 1995, p.197


2 février 2015

PARUTION - OUVRAGE SUR LES TAROTS


VIENT DE PARAÎTRE
Les 24 Figures primordiales ou Tarot de François Brousse
Auteur : Jean-Pierre WENGER
Illustrations : AUTOPORTRAIT www.autoportraitcreations.com
Ed. Danicel Productions, Saint-Cloud, 2015
PRIX : 17,00 euros

BON DE COMMANDE

2014_12_22_NMI_Livre_Tarot_1C_4C.JPG

Disponible au salon Parapsy
Du mercredi 11 février jusqu’au lundi 16 février inclus
Stand A7b–A9b

TEXTE DE 4e DE COUVERTURE

La pensée métaphysique de F. Brousse présente trois volets, permettant de situer le plan où étincellent les Tarots :

Il y a d’abord « l’ÊTRE ABSOLU, éternel, infini et parfait, que l’on peut appeler l’Un sans second, l’Être par excellence, … existant par lui‑même. Il est principe de la Vie, principe de l’Être, principe de la Valeur. »

« Au‑dessous de ce prodige que faute d’un nom plus grand nous appelons Dieu …, on distingue un autre être que l’on pourrait appeler L’INTELLIGENCE COSMIQUE. Cette Intelligence cosmique que l’on assimile au Verbe éternel … est essentiellement la pensée universelle et consciente. En elle, brillent les archétypes éternels, modèles immuables des choses changeantes et transi­toires. » Elle « contient les archétypes, contient les idées éternelles, contient les nombres. »

« Au‑dessous de la région du Verbe infini et des archétypes fondamentaux, s’étend ce que l’on pourrait appeler le royaume de l’ÂME DU MONDE, … appelée Isis, Ishtar, Déméter, Kali, Diane, la Sainte Vierge, une nuée de vocables sacrés. Elle est l’âme universelle du cosmos. De ce brasier jaillissent des âmes. »


2 février 2015

SALON PARAPSY - 11 février / 16 février 2015


RENDEZ-VOUS de la SPIRITUALITÉ...
Au SALON PARAPSY
Du mercredi 11 février jusqu’au lundi 16 février inclus

Espace Champerret, 75 017 Paris
Infos pratiques - Horaires - Tarifs - Accès

2014_12_31_2_NMI_TRACT_A5_ParaPsy_VISUEL_FINAL_REDUIT.jpg

Télécharger le PDF


EXPOSITION
Les 24 Figures primordiales de François Brousse au salon Parapsy
Réalisation Jean-Pierre WENGER

Avec le JEU de 24 cartes et son LIVRET explicatif
Avec le LIVRE Les 24 Figures primordiales ou Tarot de François Brousse.
Au Stand A7b–A9b & Salle de conférence

CONFERENCE de Jean-Pierre WENGER le samedi 14 février 2015 à 10h30
Les 24 Figures primordiales

Venez flâner dans la forêt des archétypes immuables sous les cieux intemporels...

INVITATIONS GRATUITES
Télécharger le formulaire


11 janvier 2015

CHANT DE MAI


Nous allons dans le soleil,
Millions de femmes, millions d'hommes,
Nous allons dans le soleil
Et vers l'avenir vermeil

Nous voulons ressusciter,
Millions d'hommes, millions de femmes,
Nous voulons ressusciter
Le géant Fraternité !

La lumière chante en nous,
Millions de femmes, millions d'hommes,
La lumière chante en nous,
L'éclair brûle nos yeux fous.

La guerre au visage lourd,
Millions d'hommes, millions de femmes,
La guerre au visage lourd,
S'enfuira devant l'amour.

Les frontières des États,
Millions de femmes, millions d'hommes,
Les frontières des États
Disparaîtront sous nos pas.

L'imagination sacrée,
Millions d'hommes, millions de femmes,
L'imagination sacrée
Nous emporte et nous recrée.

Nous méprisons ce confort,
Millions de femmes, millions d'hommes,
Nous méprisons ce confort
Où l'esprit trouve la mort.

Nous sommes les feux follets
Millions d'hommes, millions de femmes,
Nous sommes les feux follets
Des grands espoirs étoilés.

Nous saurons mourir aussi,
Millions de femmes, millions d'hommes,
Nous saurons mourir aussi
Pour tuer votre souci !

Vivre libres nous voulons,
Millions d'hommes, millions de femmes,
Vivre libres nous voulons
Malgré les noirs aquilons.

La fureur des tyrannies,
Millions de femmes, millions d'hommes,
La fureur des tyrannies
N'abat point nos clairs génies.

Le réalisme infernal,
Millions d'hommes, millions de femmes,
Le réalisme infernal
Éteindra son vil fanal.

L'idéal prodigieux,
Millions de femmes, millions d'hommes
L'idéal prodigieux
Ouvre l'infini des cieux...

Nous sommes l'élan français,
Millions d'hommes, millions de femmes,
Nous sommes l'élan français
Des Bara recommencés

Nous sommes le genre humain,
Millions de femmes, millions d'hommes,
Nous sommes le genre humain
Qui s'ouvre un nouveau chemin

BROUSSE François, De l’autre Cygne à l’un
dans Œuvres poétiques – Tome 2
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, 1988, page 384-386

8 janvier 2015

JE VOUS RETROUVERAI TOUJOURS...


Je vous retrouverai toujours, vieille sottise,
Terrorisme caduc, intégrisme dément
Fanatismes, catholiques ou musulmans
Cratères monstrueux que la fureur attise.

Comme le tendre agneau jouant dans les cytises
Spectres, vous renaissez indestructiblement.
Toi, léopard qui mords, toi, vipère qui mens
Vous êtes de la vie la sinistre hantise.

Mais un jour la lumière épousera le rêve
L’au delà montera comme un lotus sans fin.
Portes des cieux, nous envahirons vos confins.
L’humain sera remplacé par le séraphin
Et boira l’hydromel des idéales sèves.

28 février 1992

François Brousse, Le Baiser de l’archange
Éd. la Licorne Ailée, Clamart, 1993, page 57


6 janvier 2015

SYLVIA


SYLVIA

J’aime la gloire de ton corps
Dont une aurore souveraine
Baigne en mystérieux accords,
Les courbes, d’astre et de carène.

J’aime la gloire de ton âme
Pareille au solitaire lynx
Qui va boire à l’étang de flamme
Où flotte un frisson de syrinx.

J’aime ton esprit plein de grâce
Qui brille et tremble comme un feu
Dont la subtilité s’enlace
Aux paroles de l’oiseau bleu.

Soleil et lune, tu te dresses,
Magie aux regards mordorés
Que caresse dans les forêts
Une senteur enchanteresse.

François Brousse, L’Aigle blanc d’Altaïr
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, 1987, page 37


28 novembre 2014

APRES LA MORT...



2014_11_28_Pensee_sur_la_mort_2.jpg


28 novembre 2014

LA MEILLEURE ATTITUDE ENVERS LES MORTS...



2014_11_28_Pensee_sur_la_mort_1.jpg

Revue BMP, N°121, avril 1994, Éd. La Licorne Ailée, Clamart
Illustration de Kitty Pagès, peintre et poète (Tous droits réservés)

23 novembre 2014

LES ERRANTS


LES ERRANTS

Les malheureux qui errent, maudits par les Dieux,
Aux confins du désert de soufre,
Lèvent leurs yeux vers les étoiles
Ce diadème immortel qui couronne la nuit...

Dans l’angoisse et l’amour les errants voyagent,
Leurs gouttes de sueur deviennent des cailloux,
Ô prunelles myriadaires des ténèbres,
Versez la lumière en leur crâne pensif !

À mesure que les maudits s’avancent
Ils grandissent lentement comme des spectres
Bientôt leurs mains nouées de nostalgies
Pourront toucher le visage des Dieux,

Ces Dieux dont les yeux sont les étoiles !


François Brousse, Ivresses et Sommeils
Imprimerie Labau, Perpignan, 1980, page 36
À la Revue « Sources et Flammes »


16 novembre 2014

ÉPITAPHE


ÉPITAPHE

Autrefois je riais maintenant je repose
Dans l’immobilité horrible du tombeau.
La nuit lugubre étreint mon coeur, mais ce flambeau,
Le souvenir, y verse encore une âme rose.

J’ai les yeux pleins de Toi sous ma paupière close.
Tandis qu’au loin croasse un noir vol de corbeau,
Ton visage divin m’éblouit, frêle et beau
Comme la branche en fleurs où l’oisela se pose.

Si tu venais prier, ô ma chaste colombe,
Sous le cyprès pensif dont s’ombrage ma tombe,
Ce cadavre, rongé par la plante et les vers,

Comme le Christ lui même émergeant de l’abîme,
Dans un immense éclair, dans un parfum sublime,
Aigle d’éternité, surgirait au travers.

François Brousse, Voltiges et vertiges
Dans Œuvres poétiques – Tome 2
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, 1988, page 73


- page 1 de 17