BMP 1999 - 2000 Visite du musée Dali à Figuères
(Ville de Catalogne en Espagne)

Évidemment le Louvre a plus de richesse et de majesté. Je note cependant quelques souvenirs épars. Un dessin où, dans un oeil géant, on distingue trois visages de Jésus. Dali aurait il entendu parler de ma thèse sur l'existence de trois Jésus ?

Un autre dessin nous montre une divinité à quatre faces. Brahma ou Pythagore ? De toute manière, le reflet de la sagesse hindouiste et de l'intelligence grecque a traversé le coeur de l'artiste !

Une série de dessins montre des visages de Dali aux yeux frénétiques, fantastiques, hallucinés. Un cauchemar ahurissant et génial. Un texte du peintre nous affirme que Moïse était un prêtre égyptien. C'est la plus antique tradition et la plus vraie.

Un autre texte de Dali, où la puérilité se mêle à la plus haute des inspirations, associe la gare de Perpignan à la rupture du continent primitif et à la naissance des sexes, démembrement de l'Androgyne Primordial.

Le tombeau de Dali étend sa dalle blanche sous une voûte immense. J'ai eu l'idée que le sépulcre était habité par un crapaud d'or aux ailes d'émeraude. Le crapaud, symbole des êtres de l'Origine, dans l'antique Égypte.

Dans une librairie avoisinant le musée, j'ai remarqué une lithographie du maître. C'est une couronne de diamants, d'une étonnante beauté, que surmontent ces mots : « être Dieu. »

Un tableau du Greco, dans le musée, m'a donné un coup d'enthousiasme au coeur.

D'autre part, l'Angélus de Millet joue un très grand rôle dans les évocations de Dali. J'ai pensé à mon livre L'Angélus des Rêves. Les génies se réunissent dans la même éternelle clarté.

Brousse François, le Bulletin du maître polaire 1999-2000, éd.La Licorne Ailée, 2008