Si le doute me séduit
Si la douleur m'envahit
Je me récite des vers,

Si le cosmos me trahit,
Si je me perds dans les puits
Je me récite des vers.

Si le Vrai en vain reluit,
Si la renommée me fuit
Comme un grillon dans la nuit,
Je me récite des vers.

La récitation des vers
Est mon immuable appui.
Tous les chemins sont ouverts
Quand on récite des vers

Dans les astres je m'enfuis ;
L'endroit caresse l'envers
Quand je récite des vers !

9 novembre 1993

BROUSSE François, L’Homme aux semelles de tempête,
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, 1995, page 423