F. Brousse, Commentaires de l’Apocalypse, Chap. 17, Versets 14-15

Le karma


Alors effectivement, les rapports entre l’homme micro-organisme et l’univers macro-organisme sont fondés sur l’Amour, la Sagesse et la Beauté. Ajoutons aussi la Justice puisque la Justice est le propre même du karma et que la connaissance du karma est le commencement de la Sagesse. Lorsque l’on sait par exemple que tout ce que nous faisons aux autres sera rendu non pas avec usure mais sans usure – Dieu n’est pas un usurier – et nous sera rendu intégralement ni plus, ni moins, et bien, on commence par surveiller notre conduite et à essayer de ne plus faire du mal consciemment à qui que ce soit car le mal que l’on commet dans les ténèbres sans doute les hommes ne le voient pas, mais la loi implacable de justice le voit et aussi sûrement que la loi de la gravitation balance les mondes dans l’infini, de la même manière la loi karmique balance les âmes dans l’éternité. Si nous avons fait un mal aux autres, cela nous sera rendu. Je m’empresse de vous dire que la nouvelle doctrine suivant toute probabilité mettra l’accent sur deux choses : sur l’idée de karma et sur l’idée de continuité de l’homme avec l’univers.

L’idée d’unité homme-univers, nous la retrouverons dans cette énorme vérité qui surgira, qui sera de nouveau déployée comme un vaste drapeau multicolore :

Le grand Être humain


c’est que l’homme est uni à l’humanité. Nous en sommes actuellement un peu à la guerre de tous contre tous – chacun a son égoïsme personnel et veut détruire ou bien humilier ou dominer les autres. En réalité nous saurons que chacun de nous est une cellule d’un super organisme appelé l’Humanité qui est étendu dans le temps et dans l’espace et de même que notre organisme total dépasse incommensurablement la vie et la pensée de chaque cellule, de même le grand être humain dépasse considérablement la vie et la pensée de chaque homme individuel.

Ça c’est, je crois, c’est une des idées qui seront à la base de la religion future avec cette seconde idée, qu’il faut se dévouer pour autrui et se sacrifier à l’humanité. Cette idée cette fois-ci ne sera pas fondée sur une simple effusion sentimentale comme à l’époque du Christ mais bien sur la science – au moins sur la philosophie scientifique – lorsque nous aurons découvert tous les liens qui unissent l’homme à l’humanité.

Le pouvoir de la pensée

L’on saura effectivement, nous sommes en train de le découvrir plus ou moins et il est très curieux parce que cela se découvre surtout en URSS qui est un pays matérialiste par excellence, qui a affirmé solennellement son athéisme volontaire et violent mais qui est en train de découvrir qu’il existe d’immenses courants de pensées entre tous les êtres humains – ce qui fait que tous les êtres humains en réalité ne forment qu’une unité, avec naturellement son indépendance personnelle. Ces êtres humains évidemment doivent savoir qu’ils sont Un et qu’ils sont multiples en vertu d’une nouvelle théorie que d’ailleurs on a vue à travers Hegel et qui se retrouve déjà dans Platon et qui se retrouvera en Platon dans Héraclite, c’est-à-dire l’idée de la fusion des contraires. Chaque être est à la fois lui-même et son contraire et en nous il y a nous et le contraire de nous – il y a en quelque sorte l’être et le non-être fondus dans l’Être et c’est à ce moment-là qu’en effet, nous verrons que il y a en nous à la fois une merveilleuse unité : c’est le Moi cosmique et le Moi conscient : c’est l’étincelle divine indestructible, l’atome primordial indestructible aussi et pensant et conscient, je l’appelle l’âme et ce qui n’empêche pas que tous ces atomes soient reliés dans les réseaux du magnétisme universel ; ce qui fait que nos pensées ont une action sur toute la Terre et tout ce qui arrive sur la Terre est le mélange, la combinaison la synthèse de nos pensées. Je vous avais cité cet exemple en 1938 ; je crois, je me souviens qu’un maçon aveugle m’avait dit ceci : – Et bien, maintenant tout le mal triomphe sur la Terre car le dictatures sont partout les maîtresses des peuples, nous avons perdu le sens de l’idéal et le sens de la justice. Il ne restera plus qu’à inventer une bombe et que cette bombe détruise toute l’humanité.

Eh bien, en somme il le pensait et ma foi, elle est en train d’être réalisée ; c’est ce qu’on appelle la bombe du Jugement Dernier, elle est simplement dix mille fois plus puissante qu’une bombe de cent mégatonnes et nous en avons des centaines de bombes de cent mégatonnes, ce qui fait que suivant toute probabilité le clairon du Jugement Dernier a déjà sonné.

Alors, en somme, nous formons une véritable unité, un organisme baigné dans un océan psychique, ce qui explique d’ailleurs par parenthèses pourquoi des idées brusquement se répandent chez les peuples les plus éloignés et qui n’ont entre eux aucun lien.

(...)

L'obéissance

Le propre de la doctrine totalitaire, représenté par la grande Prostituée qui domine tous les rois de la Terre, c’est l’obéissance. Sitôt que l’on parle d’obéissance absolue et de destruction complète de l’individualité du livre ??? et on aboutit à l’Antéchrist, c’est-à-dire au courant noir et destructeur qui combat le courant lumineux et qui mène l’humanité vers l’anarchie, la mort et l’anéantissement et vers le règne de la Bête. C’est ce que Saint Jean appelle le règne de la Bête. Or le règne de la Bête c’es bien l’état d’âme de la Bête, c’est-à-dire l’état d’âme collectif car l’âme de la Bête est surtout une âme collective et en même temps la suppression de toute liberté humaine et de toute grandeur intellectuelle humaine. Selon, mettons Porphyre il faudrait être, pour arriver à l’illumination, il faut être à la fois poète, métaphysicien et en même temps un juste et un être plein d’amour pour l’humanité ; c’est à ce moment-là qu’on aura réunis en soi ces trois soleils resplendissants, que l’on quittera la Terre pour rentrer dans le royaume de l’éternel bonheur et de l’éternelle lumière.