Une touche de lumière sur la mer,
Une touche de sagesse sur les paupières,
Nous quitterons le nid des pierres
Nous quitterons les lourds enfers.

Dans la main qui se tend vers les aubes immenses
Tombe le fruit d'amour, étincelle des nuits...
Mangez les sombres succulences
Où l'infini s'épanouit !

J'aspire dans l'air bleu le miracle des spores
Ô soleil, donne moi le sang pur de ton cœur !
Brisons le pont d'Apollodore :
Nous serons les oiseaux vainqueurs !

Figuiers et grenadiers entrelacent leurs lignes,
Un fleuve de saphirs traverse les grands bois,
Scrutateurs des noirs intersignes,
Annoncez vous les autrefois ?

Le ciel chante l'hymen des flammes et des rois !

10 septembre 1985

BROUSSE François, Le Frisson de l’aurore
Éd. la Licorne Ailée, Clamart, 1993, page 11