Question à François Brousse : Comment se présente le relatif pour quelqu'un qui vit dans l'Absolu ?

Réponse :

F.B. : Quelqu'un qui vit dans l'Absolu n'est plus sur la Terre. Il est dans le monde des archanges, ou des dieux, ou des transcendances divines, et l'Absolu, il le vit à l'intérieur. Il ne vit même que là dedans. Le relatif est comme un reflet lointain et plaintif de la vie prodigieuse qu'il mène. Il est en quelque sorte lui même le Soleil et la vie terrestre n'est simplement que l'ombre d'un corps. Platon nous donne une idée assez amusante. Il suppose que l'homme enfermé dans la caverne se retourne et qu'il va vers le Soleil. Mais en réalité, il ne voit pas le Soleil, il voit toute une série d'ombres qui représentent plus ou moins le Soleil. Ce n'est qu'à travers ces ombres qu'il ira, d'illusion en illusion, jusqu'à l'illusion du Soleil qu'il ne pourra jamais regarder en face sous peine d'avoir les yeux brûlés ; il sera amené à reconnaître qu'il n'existe que le Soleil, c'est à dire la Vérité divine, et que toutes les autres vérités ne sont que lamentables, passagères et incertaines. C'est une transformation complète et totale à faire au fond de soi-même. Je reconnais que c'est difficile.

Revue B.M.P. N°165 – mai 1998, Clamart – samedi 03 août 1991, « Entretien avec François Brousse »