Question à François Brousse : En quoi le communisme est il une aberration sociale ?

Réponse :

F.B. : Parce que l'évolution de l'espèce humaine se fait par des actes individuels et vouloir imposer à des êtres individuels un message collectif, une discipline collective, c'est arrêter leur évolution. C'est les enfermer dans des cachots, les fourrer au fond de l'abîme le plus noir possible et, par conséquent, c'est arrêter l'évolution du genre humain. On ne l'arrête jamais et elle finit par exploser d'une manière terrifiante. Le communisme est faux, fondamentalement faux !

Actuellement, sans que vous vous en doutiez, il y a la lutte entre deux principes : le principe anarchiste et le principe communiste. Or, dans l'absolu, c'est l'anarchisme qui a raison, c'est à dire le développement personnel de l’individu. Je parle d’un anarchisme non violent, bien entendu, et qui ne jette pas des bombes, sauf des bombes intellectuelles. Cet anarchisme là prévaudra, ce sera « l'homme libre sous Dieu souverain ». Il n'y aura plus d'entraves sociales, il n'y aura plus que l'homme d'un côté et la connaissance infinie de Dieu de l’autre. Et ce sera l'âge d'or ressuscité, si on a le temps. Parce que, suivant toute probabilité, à moins qu'il n’y ait quelque chose de changé dans le cosmos, vers 2015, c'est la fin des temps.

Revue B.M.P. N°166 – juin 1998, Clamart
Mardi 27 août 1991, « Entretien avec François Brousse »