PARUTION
Les Secrets kabbalistiques de Victor Hugo de François Brousse
Aux éditions La Licorne Ailée

PRIX : 12 euros
COMMANDER L'OUVRAGE

2013_10_LES_SECRETS_VICTOR_HUGO_NOUVELLE_ED_0001.jpg
Chapitre I (Extraits)
LE CRI DU PROPHÈTE

Quand je ne serai plus, on verra qui j’étais. (1)

Alexandrin curieux, gonflé d’orgueil surhumain, d’un orgueil de prophète qui tient sous sa large serre le chamois de l’avenir. Mais Hugo, le rapace des cimes, a parfois des zigzags bizarres, des cabrioles déconcertantes. Dans sa barbe de Moïse, il aime dissimuler le rire de Rabelais. On discerne par intervalles dans les yeux fulgurants du mage, l’éclair malicieux de l’humoriste.
Personnalité prodigieuse, centaure de l’infini, Janus de l’incroyable, sirène de l’océan des cieux, sphinx tétramorphe couché au bord des gouffres, tel apparaît ce maître indéchiffré où tous les fleuves de l’inspiration font confluer leurs flots aux tumultes de gloire et de ravissement.
Il convient d’abord de déterminer qu’il se croyait prophète, et qu’il l’était réellement dans toute l’ampleur du terme. L’alexandrin solitaire, cité plus haut, s’explique de façon grandiose et naturelle. Hugo savait que les prophéties majeures de son oeuvre ne s’accompliraient, dans la fermentation humaine, qu’après sa mort. Il sollicitait les intelligences futures de comparer le cri et l’écho, le flambeau et le reflet, la prédiction et sa cristallisation dans le clair alambic de l’histoire. ...

(1) – HUGO Victor, Le Tas de pierres
dans Œuvres complètes, édition chronologique publiée sous la direction de Jean Massin, tome XVI, Club Français du Livre, Paris, 1970, p. 378

BROUSSE François, Les Secrets kabbalistiques de Victor Hugo
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, oct. 2013 (2e éd.1985), p.9