DERNIERE FEUILLE

Au poète MILLEVOYE
« LA MÉLANCOLIE, C’EST LE BONHEUR D’ÊTRE TRISTE » (VICTOR HUGO)

La dernière feuille automnale
A signalé son dernier jour
Nulle amante, fiévreuse ou pâle,
Ne vient visiter son séjour.

L’hiver aux tragiques rafales
Chasse, avec le soupir du râle,
Les plus triomphantes amours...
La rose effeuille ses pétales
Le passé n’a plus de retour.

La mélopée de la cigale
Pleure sa fuite sans atours
La solitude vespérale
L’entoure de son manteau lourd.

Une mélancolie claustrale
Du poète des alentours
Fut l’unique plainte aurorale
Qui fit vibrer sur son tambour
La résurrection de l’amour.

21 décembre 1992

François Brousse, Le Frisson de l’aurore
Éd. la Licorne Ailée, Clamart, 1993, page 385