ROSSIGNOL DE CHINE

Le rossignol des princesses de Chine
Chante toujours quand le soleil se meurt
Il chante encor quand la lune décline ;
Et quand l’aurore éveille les rumeurs.
Le rossignol des princesses de Chine
Chante l’amour, le rêve et le bonheur.

Le rossignol des princesses de Chine
Ravit aux mers leur rythme ensorceleur,
Il fait pleurer les pins de la colline
Dont un vent bleu emporte les odeurs.
Le rossignol des princesses de Chine
Lance à l’étoile un cantique obsesseur.

Le rossignol des princesses de Chine
Ne cherche pas la sublime liqueur,
Qui peut changer la boue en perle fine
Il la possède avec son chant vainqueur.
Le rossignol des princesses de Chine
Est l’alchimiste extatique du cœur.

8 avril 1982

François Brousse, L’Aigle blanc d’Altaïr
Éd. La Licorne Ailée, Clamart, 1987, page 46